A propos

Sise au nord de la Franche-Comté, dans l’est de la France, à l’entrée d’une vallée qui conduit de la Saône aux Vosges, au centre d’une contrée gracieuse et fertile, la petite ville de Faverney est un lieu béni de Dieu. C’est en effet un lieu marial de par sa consécration à la Sainte Vierge par sainte Gude au VIIIème siècle, un lieu eucharistique de par l’éclatant miracle de l’hostie sauvée des flammes en 1608, et un lieu monastique de par la présence des moniales puis des moines bénédictins jusqu’à la Révolution et enfin par cette modeste fondation sur les terres mêmes de l’abbaye au lieudit «Bethléem».
Ce site a donc pour but de vous présenter cette vie monastique catholique dans son contexte. Bonne visite !

Historique

Sur la rive gauche de la Lanterne entre Faverney et Fleurey se trouvent les terres de Bethléem, ce nom venant de la Terre Sainte n’a rien d’étonnant quand on connaît l’intérêt de l’abbaye de Faverney pour les croisades : l’abbé Bernard, par exemple, équipe huit croisés lors de la 2ème croisade ; au siècle suivant un croisé est sauvé par l’intercession de Notre-Dame la Blanche ; et enfin un ancien croisé devient abbé sous le nom de Pierre III dans les années 1250. Sur ces terres de Bethléem s’élevait donc une ferme qui fut utilisée par les moines jusqu’à ce qu’elle soit déclarée bien d’Etat en 1791 au même titre que les autres possessions de l’abbaye. Ainsi la ferme et ses terres furent vendues le 25 janvier de cette même année à un vésulien du nom de Jean-Pierre Durget.

Dans les années 1970, les bâtiments de la ferme sont restaurés. Ils seront revendus en 1982 à un prêtre du diocèse de Besançon, oblat de l’ordre de Saint-Benoît : le compromis de vente est signé le 9 juillet, fête du Cœur Très Pur de Marie pour les bénédictins de la Congrégation de France, jour auquel on lit cette page d’évangile qui nous rappelle l’adoration du Christ par les bergers disant « allons jusqu’à Bethléem »… C’est donc là que renaît après un peu moins de deux siècles d’interruption la vie religieuse bénédictine à Faverney. La première grand’messe est célébrée le 22 août. Le 9 avril 1989, une nouvelle chapelle agrandie est bénite, le maître-autel en pierre sera consacré le 8 mai 1993. Enfin le 5 novembre 1995 est bénit un nouvel agrandissement qui donne à la chapelle du Prieuré sa forme actuelle.

La chapelle est le centre de la vie religieuse bénédictine menée au Prieuré de Bethléem. En effet saint Benoît pose comme œuvre essentielle à son disciple la célébration de la divine liturgie, c’est-à-dire le chant des offices du bréviaire et évidemment de la Messe. Chaque jour les offices sont donc célébrés en latin et en chant grégorien selon la tradition multiséculaire de l’Eglise catholique. Le reste de la journée est consacré à la méditation, à l’étude et au travail manuel, et à certaines œuvres apostoliques (prédication, catéchisme, visite des malades, etc.).

Formulaire de contact

4 + 8 =

Honoraires de Messe

Voici les nouveaux honoraires pour les intentions de Messe :

20 euros pour une intention de Messe
200 euros pour une Neuvaine de Messes
800 euros pour un Trentain grégorien

L’honoraire de Messe n’est en aucun cas un prix qu’on attribuerait à la Messe elle-même qui n’en a pas, mais une offrande faite au prêtre alors qu’il promet l’application de la célébration d’une Messe à une intention particulière. Cette pratique s’appuie tant sur la coutume de l’Eglise que sur la Sainte Ecriture.

Adresse postale:

Prieuré Notre-Dame de Bethléem
Route de Fleurey
70 160 FAVERNEY

Plan d'accès