L’hymne suivante tirée des Matines du Carême exprime les sentiments dans lesquels nous devons aborder ce saint temps, et les actions auxquelles nous devrons nous appliquer pendant ce temps « favorable » : pénitence corporelle, recueillement, contrition…L’hymne suivante tirée des Matines du Carême exprime les sentiments dans lesquels nous devons aborder ce saint temps, et les actions auxquelles nous devrons nous appliquer pendant ce temps « favorable » : pénitence corporelle, recueillement, contrition…

Instruits par une coutume vénérable, observons le jeûne durant cette célèbre quarantaine.

La Loi et les prophètes l’inaugurèrent tout d’abord ; ensuite le Christ, Roi et Créateur des siècles, l’a consacré par son exemple.

Soyons donc plus sobres en nos paroles, nos repas, nos boissons, notre sommeil, nos délassements, et demeurons davantage en éveil.

Evitons les embûches qui surprennent les âmes inattentives ; ne donnons pas prise à notre tyrannique et astucieux ennemi.

Prosternons-nous et prions, crions d’une voix suppliante, et pleurons devant notre Juge, apaisons sa juste colère.

Nous avons offensé par nos fautes, ô Dieu, votre clémence : répandez sur nous , d’en haut, votre indulgence, vous qui pardonnez.

Souvenez-vous que nous sommes, quoique bien faibles, l’œuvre de vos mains : nous vous en supplions, ne cédez pas à un autre l’honneur de votre Nom.

Pardonnez-nous le mal que nous avons fait, augmentez le bien que nous demandons d’accomplir ; afin que nous puissions vous plaire ici-bas et à jamais.

O Bienheureuse Trinité, ô Unité parfaite, faites que vos serviteurs profitent du jeûne qu’ils vous offrent. Ainsi soit-il.

Ex more docti mystico
Servemus hoc jejunium,
Deno dierum circulo
Ducto quater notissimo.

Lex et prophetæ primitus
Hoc prætulerunt, postmodum
Christus sacravit, omnium
Rex atque factor temporum.

Utamur ergo parcius
Verbis, cibis et potibus,
Somno, iocis et arctius
Perstemus in custodia.

Vitemus autem pessima
Quæ subruunt mentes vagas,
Nullumque demus callidi
Hosti locum tyrannidi.
Dicamus omnes cernui,

Clamemus atque singuli,
Ploremus ante iudicem,
Flectamus iram vindicem:
Nostris malis offendimus

Tuam, Deus, clementiam;
Effunde nobis desuper,
Remissor, indulgentiam.

Memento quod sumus tui,
Licet caduci, plasmatis;
Ne des honorem nominis
Tui, precamur, alteri.

Laxa malum quod fecimus,
Auge bonum quod poscimus,
Placere quo tandem tibi
Possimus hic et perpetim.

Præsta, beata Trinitas,
Concede, simplex Unitas,
Ut fructuosa sint tuis
Jejuniorum munera. Amen.

Instruits par une coutume vénérable, observons le jeûne durant cette célèbre quarantaine.

La Loi et les prophètes l’inaugurèrent tout d’abord ; ensuite le Christ, Roi et Créateur des siècles, l’a consacré par son exemple.

Soyons donc plus sobres en nos paroles, nos repas, nos boissons, notre sommeil, nos délassements, et demeurons davantage en éveil.

Evitons les embûches qui surprennent les âmes inattentives ; ne donnons pas prise à notre tyrannique et astucieux ennemi.

Prosternons-nous et prions, crions d’une voix suppliante, et pleurons devant notre Juge, apaisons sa juste colère.

Nous avons offensé par nos fautes, ô Dieu, votre clémence : répandez sur nous , d’en haut, votre indulgence, vous qui pardonnez.

Souvenez-vous que nous sommes, quoique bien faibles, l’œuvre de vos mains : nous vous en supplions, ne cédez pas à un autre l’honneur de votre Nom.

Pardonnez-nous le mal que nous avons fait, augmentez le bien que nous demandons d’accomplir ; afin que nous puissions vous plaire ici-bas et à jamais.

O Bienheureuse Trinité, ô Unité parfaite, faites que vos serviteurs profitent du jeûne qu’ils vous offrent. Ainsi soit-il.

Ex more docti mystico
Servemus hoc jejunium,
Deno dierum circulo
Ducto quater notissimo.

Lex et prophetæ primitus
Hoc prætulerunt, postmodum
Christus sacravit, omnium
Rex atque factor temporum.

Utamur ergo parcius
Verbis, cibis et potibus,
Somno, iocis et arctius
Perstemus in custodia.

Vitemus autem pessima
Quæ subruunt mentes vagas,
Nullumque demus callidi
Hosti locum tyrannidi.
Dicamus omnes cernui,

Clamemus atque singuli,
Ploremus ante iudicem,
Flectamus iram vindicem:
Nostris malis offendimus

Tuam, Deus, clementiam;
Effunde nobis desuper,
Remissor, indulgentiam.

Memento quod sumus tui,
Licet caduci, plasmatis;
Ne des honorem nominis
Tui, precamur, alteri.

Laxa malum quod fecimus,
Auge bonum quod poscimus,
Placere quo tandem tibi
Possimus hic et perpetim.

Præsta, beata Trinitas,
Concede, simplex Unitas,
Ut fructuosa sint tuis
Jejuniorum munera. Amen.