Confinement jour 13 : 1er dimanche de la Passion

Confinement jour 13 : 1er dimanche de la Passion

Confinement jour 13 : 1er dimanche de la Passion

La Punchline de Dom Delatte
Le terme de notre vie surnaturelle, ce n’est pas nous, c’est Dieu.
Sermon

Il importait que le Christ souffrît

Épître de Saint Paul aux Hébreux (Hbr 9, 11-15) commentée par Dom Paul Delatte

Le Christ se présente en son heure, avec ses droits, avec autorité. Il est le pontife des biens futurs ; futurs relativement au mosaïsme à qui il succède, futurs dans une mesure, puisqu’ils ne sont pas encore pleinement révélés. Surtout il est le pontife qui entre et qui fait entrer dans un sanctuaire plus grand et plus parfait, un Saint des Saints qui n’est pas construit de mains d’homme.

(suite…)

Confinement jour 8 : Mardi de la 4ème semaine de Carême

Confinement jour 8 : Mardi de la 4ème semaine de Carême

Confinement jour 8 : Mardi de la 4ème semaine de Carême

Nous basculons aujourd’hui dans la deuxième semaine de confinement. Depuis huit jours j’essaie de vous accompagner spirituellement dans votre confinement. Je tiens à remercier particulièrement les personnes qui m’encouragent, les fidèles du Prieuré qui ont la gentillesse de donner de leurs nouvelles et d’en prendre des nôtres. Tout le monde se porte bien ici, les bêtes comme les gens, dirait-on ! Vous êtes tous particulièrement présents dans mes pensées et prières, très spécialement à l’autel. Je souhaite que cette épreuve et cet éloignement physique les uns des autres nous rapprochent surnaturellement. Maintenant quelques réflexions pour que nous continuions à profiter spirituellement de la situation.

En France, cela fait une semaine que nous sommes confinés entre quatre murs, ou avec un balcon, ou encore un jardin (le grand luxe !) pour les plus chanceux d’entre nous. La tentation de l’impatience, si elle n’est déjà là, doit commencer à se manifester. C’est humain, c’est naturel. La tentation également de trouver des responsables, des boucs émissaires à cette situation. C’est humain, c’est naturel. Sauf que le chrétien n’est pas simplement humain, naturel, il est divin par la grâce, il est surnaturel par la grâce. Il aura donc un point de vue divin et surnaturel.

Quel est ce point de vue surnaturel ? L’épidémie et le confinement qui s’ensuit sont des épreuves. Les épreuves sont voulues par Dieu pour nous révéler. Certains se révéleront mauvais, ne profitant pas de cette épreuve pour se convertir, soit qu’ils persévéreront dans leur incroyance, leur athéisme, leur mauvaise vie, leurs blasphèmes, soit, pour les chrétiens, qu’ils chercheront un responsable en dehors d’eux-mêmes (le diable, les politiques, les autres hommes qui sont pécheurs…). Ne cédons pas à ces tentations : regardons au dedans de nous-mêmes. Combien de fois avons-nous abusé des grâces des sacrements (communion, confession en particulier) ? ou au moins en avons-nous sous-estimé la valeur ? N’est-il pas juste que nous en soyons privés au moins pour un temps ? Cela afin de nous rappeler leur importance. Cela afin de nous rappeler que les sacrements ne sont pas des passeports pour le salut. Les sacrements sont des moyens institués par Notre-Seigneur Jésus-Christ pour produire et augmenter en nous la vie surnaturelle de la grâce, encore faut-il que nous vivions effectivement de cette grâce par une vie vraiment chrétienne, vertueuse, obéissante aux commandements de Dieu, aimante envers Dieu et envers le prochain pour l’amour de Dieu. Cette épreuve nous invite à vivre plus chrétiennement, avec plus de ferveur : elle nous sera profitable ou nuisible, selon notre réaction.

Ne nous laissons donc pas vaincre par le démon de l’impatience, de l’orgueil. Humilions-nous devant la toute-puissance divine. Reconnaissons nos fautes, nos négligences, notre manque de ferveur, notre manque de reconnaissance. Dieu se laissera toucher.

(suite…)