Originaire de Luxeuil-les-Bains, j’ai été très touché du déshonneur subi par saint Colomban dans cette ville qu’il a fait renaître à la fin du VIème siècle. Un groupe folklorique de cette ville a en effet voulu rendre « un hommage farfelu à Colomban qui a érigé en règle la pauvreté, l’obéissance, la chasteté et le silence » (je cite le journal « l’Est Républicain » du 28 avril 2008). Comme vous le voyez sur l’image suivante, cet « hommage » est pour le moins déplacé et gravement injurieux vis-à-vis de l’état religieux. Quand d’autres religions sont en jeu c’est un tollé, mais là personne ne réagit, même pas (à ma connaissance) l’association des « Amis de saint Colomban »…
Déshonneur de saint Colomban« Un saint triste est un triste saint » : oui. Mais il ne faut pas confondre joie et « scurrilitas » comme dirait notre Père saint Benoît. La joie chrétienne vient de la possession de la grâce de Dieu, la « scurrilitas » est une marque de grossièreté et de légèreté spirituelles, ou même tout simplement intellectuelles. Nous le savons malheureusement c’est cela qui plaît aujourd’hui : mais rira bien qui rira le dernier!