Fête de la Sainte-Hostie préservée des flammes

Fête de la Sainte-Hostie préservée des flammes

En ce lundi dans l’octave de la fête du Saint-Sacrement nous célébrons, selon le Propre du diocèse de Besançon d’avant les réformes liturgiques issues de Vatican II, la fête de la Sainte-Hostie préservée des flammes à Faverney. L’office est le même que celui de la Fête-Dieu exceptés les lectures du deuxième nocturne des matines qui retracent l’histoire du Miracle de 1608, et l’oraison dont je vous donne une traduction française :

(suite…)

L’influence du Miracle sur les catholiques #2

Confréries du Saint-Sacrement. – Fondation de bénédictions.

Cependant une vie religieuse plus intense circulait dans notre pays. Les confréries du Saint-Sacrement s’y multipliaient. Il en existait déjà quelques-unes avant 1608 : la confrérie de Saint-Pierre date de 1399, celle de Sancey de 1591 ; la confrérie romaine, érigée par Paul III à Santa Maria supra Minervam, en 1539, dut également donner lieu à d’autres fondations, par exemple celle de Vesoul. Mais, c’est à partir de 1608 que le mouvement s’accentue en Franche-Comté . Après Faverney, nous voyons Gray (juin 1609), Moroy (1617), Vuillafans (1614) ; le Russey et les Franches-Montagnes, Traves (même époque) ; Chaux-lez-Clerval (avant 1668) ; Banans (1676) ; Colombier (1707) ; Servance (1709) et une quantité indéfinie d’autres dont nos vénérés confrères n’ont pu que nous dire : elles sont très anciennes. Il n’en reste quelquefois que des usages pieux, comme l’exposition du saint Sacrement au troisième dimanche du mois ; quelquefois moins encore : à Fourg-lez-Quingey, c’est, sur la place publique, une croix de pierre, portant un ostensoir ; à Fougerolles, un ostensoir en bois, que le clergé mettait publiquement aux enchères, il y a quelques années encore, et qui était porté, aux processions solennelles, par l’heureux adjudicataire.

(suite…)