En ce temps de Noël nous n’avons que deux vœux à formuler : ceux qui furent chantés par les Anges lors de la Nativité de notre Sauveur, c’est-à-dire « la gloire à Dieu et la paix aux hommes de bonne volonté ». Et prenons bien garde de ne pas bouleverser cet ordre. La gloire de Dieu est en effet la fin de la Création parce que Dieu en est le principe. Nous devrons donc, dans notre vie, ordonner toutes nos actions d’abord à cette gloire de Dieu.
De là, et seulement de là, découlera la paix pour les hommes de bonne volonté. Cette paix c’est la paix de notre Seigneur Jésus-Christ, la seule paix véritable fondée sur la Foi dans le seul vrai Dieu et dans le Sauveur qu’il nous a envoyé, Foi qui exclut positivement de cette paix tous les sectateurs des fausses religions, Foi qui est vivante par la Charité, c’est-à-dire par la pratique des commandements de Dieu. Non, la paix n’est pas fondée, comme l’enseigne le « pape » Benoît XVI, sur la dignité naturelle de la personne humaine, mais sur l’ordination des hommes à Dieu par la Foi, l’Espérance et la Charité : c’est dans cette ordination que consistent la « bonne volonté » et la dignité surnaturelle de la personne humaine. En dehors de la Foi, de l’Espérance et de la Charité il n’y a pas de salut, il n’y a pas de paix mais seulement les tourments de l’enfer.
A nos Amis et Bienfaiteurs, nous souhaitons donc cette paix qui consiste à vivre dans et par la grâce de Dieu « afin qu’en toutes choses Dieu soit glorifié ».