2ème Dimanche après Pâques

La Punchline de Dom Delatte

La liberté ne consiste ni dans l’absence de précepte, ni dans l’affranchissement de toute autorité, ni dans la faculté de se soustraire à l’ordre.

Jésus est le Bon Pasteur (Io 10, 1-18) : commentaire de Dom Delatte

L’allégorie dont se sert ici l’évangile était familière à la pensée juive (Ier 23; Ez 24; Ps 22); même, cette figure de diction est si naturelle que, dans la langue d’Homère, les rois s’appellent les pasteurs des peuples. À première vue, on n’aperçoit que les traits, vulgaires, d’une scène pastorale sans éclat ; et notre pensée y demeurerait inattentive si, dès le premier instant, le Seigneur n’usait de la formule solennelle : « En vérité, en vérité, je vous le dis », pour nous avertir des mystères voilés par les emblèmes : la Synagogue infidèle, rejetée, abolie ; l’Église, qui lui succède ; le Pasteur de cette société nouvelle qui embrasse toute l’humanité.

Le thème de l’allégorie est d’une simplicité extrême : une bergerie, en pleine campagne. Autour du bercail où reposent les brebis, une muraille continue, couronnée d’épines. En un seul point, la clôture s’interrompt, coupée par une porte étroite donnant accès au pasteur, aux brebis, mais solidement fermée contre les voleurs de nuit. Car les maraudeurs ne sont pas rares : loups et chacals rôdent autour de l’enceinte, y cherchant un défaut, et irrités par le bêlement des brebis. Un gardien veille à l’intérieur, non loin de la porte, qui ne s’ouvre qu’à bon escient. De cette donnée toute pastorale s’inspire l’ensemble que nous étudions.

Nous ne le comprendrons bien qu’à la condition de l’analyser et d’y reconnaître, non pas une seule parabole, mais trois petits tableaux paraboliques différents, formant triptyque : le premier, de 1 à 6, décrivant le mode régulier de l’accès au bercail ; le second, de 7 à 10, relatif à la porte du bercail ; le troisième, de 11 à 18, tout entier consacré à dessiner le vrai et unique Pasteur.

1er tableau : Pasteur vs voleurs et étrangers 

Il est possible d’entrer dans un bercail soit par escalade, soit à la faveur d’une brèche pratiquée à la muraille de clôture. Celui qui entre de la sorte se trahit par son procédé même : c’est un voleur ; il ne vient que pour nuire. Le pasteur, lui, n’a nul besoin des voies furtives et détournées : tout est préparé pour lui. Il est désigné, prophétisé, connu d’avance ; le gardien de la porte, — que ce soit Moïse, que ce soit Jean-Baptiste, il n’importe, — lui ouvre dès qu’il se présente, le matin. Il est reconnaissable à ce premier indice qu’il entre par la voie normale, frayée pour lui. Tout l’Ancien Testament l’a préparé, l’a attendu, a donné son signalement. Encore, entrer par la porte n’est-il qu’un premier indice qui le désigne : il en est d’autres qui appartiennent à l’intimité du bercail. Sa voix est connue du gardien, elle est connue des brebis. Il leur parle, et appelle par leur nom, car il les connaît individuellement, les brebis que son Père lui a données. Les ténèbres sont dissipées, on va vivre, marcher, boire et manger. Le pasteur se met à la tête des brebis et les conduit aux pâturages. Elles le suivent, elles marchent quand il marche, elles s’arrêtent où il s’arrête. Sa voix leur est connue : loin de les effarer, elle les rassemble. Mais que ce soit un étranger qui leur parle, les brebis ne l’écoutent pas : sa parole n’est pour elles que du bruit ; ou bien même elles s’enfuient, effrayées, dans toutes les directions. Telle fut l’allégorie proposée aux Juifs ; mais elle leur demeura incomprise : ils n’en virent pas l’application à l’heure présente.

2ème tableau : Jésus est la porte du bercail

Une autre fois, le Seigneur leur dit, empruntant au même thème de vie pastorale une parabole nouvelle, proposée avec la même solennité : En vérité, en vérité, je vous le dis, de ce bercail nouveau, l’Église succédant à la Synagogue, c’est moi qui suis la porte, par où entrent, par où sortent les brebis (7, 9). Le péril des brebis ne vient pas seulement de ceux qui s’introduisent dans le bercail par escalade, la nuit ; mais aussi de ceux qui, le soir, lorsque le troupeau rentre au bercail, se tiennent devant la porte pour en détourner les brebis, les appeler à eux, les emmener dans les fourrés et les égorger. La pensée du Seigneur n’est pas que tous ceux qui, avant lui, sont venus parler aux âmes n’ont été que des voleurs et des brigands : les patriarches et les prophètes ont parlé au nom de Dieu ; mais que ceux, comme les Juifs de la Synagogue, qui s’efforcent de détourner de la porte, qui est le Seigneur, ne veulent que conduire les brebis à la mort. Au lieu que les brebis fidèles, entrant par la porte, sortant par la porte qui est le Christ, trouvent les gras pâturages et, grâce à lui, l’abondance de la vie.

Tableau principal : Jésus est LE bon Pasteur

Le troisième tableau (11-18) est consacré tout entier à dessiner le vrai, le parfait, l’unique pasteur. L’opposition qui, au premier tableau, s’est établie entre l’escalade et l’entrée normale ; au second tableau, entre la porte et ceux qui détournent de la porte, s’accuse maintenant entre le mercenaire et le pasteur. Mais ce pasteur est vraiment unique, il est le Pasteur. Il en est qui vivent de leur troupeau : lui donne sa vie pour ses brebis. Ne cherchons pas outre mesure ce qui est représenté par le mercenaire. Après tout, le mercenaire fait son métier : le troupeau n’est pas à lui, on ne saurait lui demander un excès de dévouement, ni le sacrifice de lui-même. Il fuit, parce qu’il est mercenaire. À la vue du péril, il songe naturellement à se mettre à l’abri : et le loup a tout le loisir de ravir et de disperser. Quant au vrai et unique pasteur, il connaît ses brebis, ses brebis le connaissent. Connaissance implique ici possession, intimité affectueuse. Le Seigneur connaît, il guide, il aime, il défend, il garde ce qui est à lui, ce qui est acheté au prix de son sang ; et les brebis, qui connaissent, aiment à leur tour, et se rangent, et obéissent, et bénissent, et remercient le pasteur. C’est trop peu encore. Car tout ce qui vient d’être dit n’a pas cessé, dans son expression, d’appartenir à l’ordre humain. On a dit : connaître. Encore faudrait-il préciser davantage le système de relations qui unissent le pasteur aux brebis, les brebis au pasteur. C’est à la vie de Dieu même qu’en est emprunté le dessin ; les choses se passent comme dans la grande famille incréée ; tous autres termes de comparaison sont chétifs et insuffisants pour décrire ce que nous sommes à Notre-Seigneur Jésus-Christ et ce qu’il est pour nous. Il est avec nous comme son Père est avec lui, grâce à notre nature qui est devenue la sienne. Je connais, dit-il, mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme mon Père me connaît et comme je connais mon Père. On appartient tous, pasteur et brebis, à ce monde divin, on n’a qu’un même cœur, une même vie. On se connaît bien, on s’aime, on est sûr l’un de l’autre ; on vit ensemble, dans la joie, dans la paix, dans la tendresse, dans la sérénité. Le pasteur n’a d’autre intérêt que ses brebis, les brebis d’autre souci que le pasteur.

Le Seigneur ajoute cette marque distinctive du bon pasteur : le dévouement jusqu’à la mort pour ses brebis. On ne lui arrachera pas sa vie : il la donne, librement, par amour ; il la dépose, il s’en dépouille aisément, doucement, comme d’un manteau ; on dirait que c’est un jeu pour lui, tant il en parle avec assurance et tranquillité. Et après avoir jeté ce regard prophétique sur sa Passion prochaine, le Seigneur contemple les brebis qui, dans sa mort,, trouveront la vie. Sans doute, le monde s’écarte de lui, mais il est quand même assuré de l’avenir. Il discerne, dans cette foule mêlée, les âmes qui sont à lui ; le judaïsme, en dépit de sa réprobation globale, lui donnera des élus. Mais il songe surtout à la foule immense qui lui viendra d’ailleurs, de la gentilité. J’ai d’autres brebis, dit-il, qui ne sont pas de ce bercail… Elles lui appartiennent de toute éternité, en vertu de la prédestination divine ; il les possède, non par anticipation, mais réellement, comme déjà présentes à lui ; et la trame historique de leur vie ne fera que traduire la pensée de Dieu et réaliser son dessein. — Il me faut les aller chercher, elles aussi; elles écouteront ma voix ; et, toutes ensemble, brebis d’Israël, brebis de la gentilité, formeront un seul troupeau sous un seul pasteur. Il n’y aura plus, par Jésus-Christ et en lui, qu’union et unité parfaite, comme dans l’exemplaire incréé : « qu’ils soient un, comme nous sommes un, moi en eux, et vous en moi, afin qu’ils soient parfaitement un » (Io 17, 22-23). Toute la Jérusalem céleste, toute la société des rachetés puisera une même et éternelle vie aux sources du Sauveur ; et saint Jean, dans l’Apocalypse, la voit groupée, en une même fonction liturgique, autour de son Pasteur, autour de l’Agneau immolé et toujours vivant.

Le verset 17 peut être considéré comme une parenthèse, après laquelle le Seigneur revient à l’indice caractéristique du bon pasteur. Le Père aime le Fils, à cause de son sacrifice, qui est volontaire, spontané, souverainement libre, et l’acte suprême de l’obéissance. Si le Père m’aime, c’est parce que je donne ma vie, pour la reprendre ensuite. Nul ne me la ravit, mais je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner et j’ai le pouvoir de la reprendre. Tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père. — Mais comment concilier ce précepte, ce mandat paternel avec la pleine liberté du Fils, revendiquée sous une forme si catégorique? Les théologiens s’y emploient : contentons-nous ici de remarquer non pas seulement que c’est une même volonté, commune au Père et au Fils, qui a conçu toute l’œuvre de la Rédemption ; mais aussi que, dans la volonté humaine de Notre-Seigneur Jésus-Christ, la liberté ne consiste ni dans l’absence de précepte, ni dans l’affranchissement de toute autorité, ni dans une indécision première, ni dans la faculté de se soustraire à l’ordre, mais dans l’affranchissement de toute détermination qui ne serait pas d’ordre intellectuel ou divin. Une détermination à base d’intelligence n’est aucunement incompatible avec la vraie liberté. Mais ce n’est pas le lieu de traiter cette question avec les développements qu’elle mérite.

Prières

Oratio

Deus, qui in Fílii tui humilitáte iacéntem mundum erexísti : fidélibus tuis perpétuam concéde lætítiam ; ut, quos perpétuæ mortis eripuísti cásibus, gáudiis fácias pérfrui sempitérnis. Per eúndem Dóminum.

Oraison

Ô Dieu, qui, par l’humilité de votre Fils, avez relevé le monde abattu : accordez à vos fidèles une allégresse constante, et faites jouir des joies éternelles ceux que vous avez arrachés aux dangers d’une mort sans fin.

Prière de Dom Prosper Guéranger (1805-1875)

Divin Pasteur de nos âmes, qu’il est grand votre amour pour vos heureuses brebis ! Vous allez jusqu’à donner votre vie pour qu’elles soient sauvées. La fureur des loups ne vous fait pas fuir ; vous vous donnez en proie, afin de détourner d’elles la dent meurtrière qui voudrait les dévorer. Vous êtes mort à notre place, parce que vous étiez notre Pasteur. Nous ne nous étonnons plus que vous ayez exigé de Pierre plus d’amour que vous n’en attendiez de ses frères : vous vouliez l’établir leur Pasteur et le nôtre. Pierre a pu répondre avec assurance qu’il vous aimait, et vous lui avez conféré votre propre titre avec la réalité de vos fonctions, afin qu’il vous suppléât quand vous auriez disparu à nos regards. Soyez béni, divin Pasteur; car vous avez songé aux besoins de votre bergerie qui ne pouvait se conserver une, si elle eût eu plusieurs Pasteurs sans un Pasteur suprême. Pour nous conformer à vos ordres, nous nous inclinons avec amour et soumission devant Pierre, nous baisons avec respect ses pieds sacrés ; car c’est par lui que nous nous rattachons à vous, c’est par lui que nous sommes vos brebis. Con-servez-nous, ô Jésus, dans la bergerie de Pierre qui est la vôtre. Éloignez de nous le mercenaire qui voudrait usurper la place et les droits du Pasteur. Intrus dans la bergerie par une profane violence, il affecte les airs de maître; mais il ne connaît pas les brebis, et les brebis ne le connaissent pas. Attiré, non par le zèle, mais par la cupidité et l’ambition, il fuit à l’approche du danger. Quand on n’est mû que par des intérêts terrestres, on ne sacrifie pas sa vie pour autrui ; le pasteur schismatique s’aime lui-même ; ce n’est pas vos brebis qu’il aime ; pourquoi donnerait-il sa vie pour elles ? Gardez-nous de ce mercenaire, ô Jésus ! Il nous séparerait de vous, en nous séparant de Pierre que vous avez établi votre Vicaire. Nous n’en voulons pas connaître d’autre. Anathème à quiconque voudrait nous commander en votre nom, et ne serait pas envoyé de Pierre ! Faux pasteur, il ne poserait pas sur la pierre du fondement, il n’aurait pas les clefs du Royaume des cieux ; il ne pourrait que nous perdre. Accordez-nous, ô bon Pasteur, de demeurer toujours avec vous et avec Pierre dont vous êtes le fondement, comme il est le nôtre, et nous pourrons défier toutes les tempêtes. Vous l’avez dit, Seigneur : « L’homme sage a bâti sa maison sur le rocher ; les pluies ont fondu sur elle, les fleuves se sont déchaînés, les vents ont soufflé, toutes ces forces se sont ruées sur la maison, et elle n’est pas tombée, parce qu’elle était fondée sur la Pierre (Mt 7, 24-25). »

Antiennes

Ã. Ego sum pastor óvium : ego sum via, véritas, et vita : ego sum pastor bonus, et cognósco meas, et cognóscunt me meæ, allelúia, allelúia.

Ã. C’est moi le pasteur des brebis : moi, qui suis la voie, la vérité et la vie : c’est moi le bon pasteur, et je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, alleluia, alleluia.

Antienne grégorienne “Ego sum Pastor ovium”

Antienne Ego sum Pastor ovium

Ã. Ego sum pastor bonus, allelúia, qui pasco oves meas, allelúia.

Ã. C’est moi le bon pasteur, alleluia, qui pais mes brebis, alleluia.

Antienne grégorienne “Ego sum Pastor bonus, alleluia”

Antienne Ego sum Pastor bonus aeua

Ã. Ego sum pastor bonus, qui pasco oves meas, et pro óvibus meis pono ánimam meam, allelúia.​

Ã. C’est moi le bon pasteur, qui fais paître mes brebis, et je donne ma vie pour mes brebis, alleluia.

Antienne grégorienne “Ego sum Pastor bonus”

Antienne Ego sum Pastor bonus